C'est sous ce titre que je veux exprimer mes remerciements et ma reconnaissance aux enfants des écoles,collèges et lycées en France et Allemagne qui par leurs lettres et commentaires m'ont reconfortés dans la pensée de ma vision de l'accomplissement de mon devoir de témoin de notre passé. Que la réproduction de quelques-unes de leurs messages en soient les témoins.

Enfants du CP

" ... quand il a été soldat, il a pensé à l'escargot qu'il a écrasé quand il était enfant parce que la guerre c'est pareil: les soldats tués ont des papas et mamans qui pleurent parce qu'il n'ont plus leur enfant. Si on tue les papas et mamans, les enfants n'ont plus de parents et ils meurent eux aussi parce qu'ils sont tout seuls."

Tiphaine CP : " Les Français et les Allemands se faisaient la guerre, mais maintenant, ils ne veulent plus se faire la guerre; "

Sophie CP comprend l'expérience d'une vie : " ... on lui avait appris de faire la guerre, et sa femme française lui a apris la tendresse."

Ludovic : " ... ça m'a fait tout drôle quand il a pleuré, je ne savais pas que la guerre ça se passe comme ça. J'étais tràs étonne quand il a dit qu'il était franco-allemand et qu'il habite à Courcelles-Chaussy. "

Aymeric : "... j'ai bien aimé écouter Monsieur Sturges, c'était plus réel qu'un diaporama. "

Ecole primaire de Silly-sur-Nied en Moselle .

Fourrier Charlène - étudiante 20 ans.

" My dear Mr. Sturges, when you are talking I was very moved because to hear about this horrible period of history. ... votre courage m'a beaucoup touché, le courage d'avoir continué à vivre après une telle horreur, celui de s'être installé en France. Et maintenant de témoigner et de revivre ces moments certainement encore difficiles de votre passé. De parler avec tant d'honnêteté. ... vous avez effacé de nombreux préjugés sur les soldats allemands et sur les allemands de cette époque. Car pour moi ils étaient tous "nazies". ... Mes grans-parents maternels ont échappés au massacre d'Oradour-sur-Glane ' en haute-vienne). Je suis originaire de la haut et les cousins de mes grand-parents sont morts calcinés dans l'église. Il y deux ans je suis retournée dans ce village et je n'ai pas m'empêcher de pleurer. Quand voius vous êtes mis à parler de cet Américain ( que j'ai du tuer lors d'un combat rapproché en Normandie au mois de Juin 1944 ) j'avais les larmes aux yeux. Je n'ai pas pu m'empêcher à ce village et à tous ceux qui sont morts. Et à toutes les famille qui ont perdu un être chèr. C'est pourquoi je me rallie totalemant à vos idées en disant "PLUS JAMAIS CA ! " ... Pourquoi tout le monde n'est-il pas comme vous? Rester comme vous êtes...". 

Johan 12 ans

" Mon premier témoignage est celui d'un homme d'origine allemande, Henri Sturges, il a participé à la guerre de 1939-1945. ... Il a accepté de nous recevoir ( sa classe) pour témoigner avec beaucoup de pudeur, de réalisme et de sincérité.... Aujourd'hui il anime des conférences pour la Paix et l'Amitié franco-allemande. Sa persévérance et son courage font de lui un homme hors du commun... Un grand "Merci" Monsieur Sturges de notre part et de tous ceux qui vont lire votre témoignage. ... Pour "Papy" Henri de la part de Johan - 08.03.03. - Collège Lucien Pougué Rémilly/ Moselle.

Les écoliers allemands ...

Katharina Krüger - 16 ans

"Sehr geehrter Herr Sturges (Bonjour) Ich weiss garnicht so recht was ich Ihnen schreiben soll, ausser dass ich Sie sehr bewundere für das was Sie tun. Ich fühle mich sehe geehrt, dass ich Sie kennen lernen durfte. Es ist interessant, dass Sie in ihrem Alter noch so voller Elan diese Tour machen. ( Les Champs de Bataille de Verdun) Es hat mich wirklich sehr berührt und habe mir den ganzen Abend noch Gedanken darüber gemacht. Den einen Satz " PLUS JAMAIS CA ! " werde ich nie vergessen.

Michael Hausch - 16 ans

"Sehr geehrter Herr Sturges, für die Führung firch das Fort Douauont und das Gebeinhaus (Ossuaire de Douaumont) möchte ich Ihnen danken. Ihre Wirte waren sehr lehrreich und hinreissend. Ich bewundere Ihre Kenntinisse über diese Epoche. Es ist erschreckend zu sehn was Kriege anrichten können. Für Ihre Bemühungen, Anstrengungen, Erklärungen, Leitung und Erzählungen bedanke ich mich bei Ihnen. 

Nancy Hansche - 16 ans

"Lieber Opa, "Papy" Ich fand Sie wahnsinnig faszierend. Ich hoffe, dass Sie noch vielen jungen Menschen so rüberbringen wie uns, bzw MIR. Ich war sehr bewegt von dem und wie Sie es erzählt haben. Ich werde diesen Tag in Verdun nie vergessen. Ich werde Sie nie vergessen. ..."

Quelques extraits des commentaires de ces jeunes allemands de la "Schiller-Realschule Frankenthal Rhénanie-Palatinat après. leur pélerinage à Verdun au mois de Novembre 2005.

Ces témoigages font partie des quelques 2000 lettres des écoliers des "CP" jusqu'à la terminale, et au-delà,  reçues à la suite de mes conférences dans les écoles françaises et allemandes, ainsi que des  pélerinages sur les Champps de Bataille de Verdun. Je tiens à remercier les professeurs et leurs élêves pour m'avoir apporté ainsi leur encouragement. Henri Sturges.

Edité par Henri Sturges à Courcelles-Chaussy ( Moselle ) le 15 AVRIL 2006.